Un commentaire

Le Web 2.0, késako…?

Qu’est ce qui se cache derrière le terme « Web 2.0 » ?

Pas grand chose en fait, le web 2.0 représente l’évolution du web, ou plutôt une étape de son évolution.

Commençons dans l’ordre :

Le web 1.0 représente les sites statiques et également les sites dynamiques « simple » (connexion à une base de données, récupération des données…).
Le site communique quasiment dans un seul sens : internet > internaute.

Le web 2.0 fait référence à l’arrivée des services dans un contexte de collaboration et de partage mais représente également toutes les applications en ligne qui permettent d’être connecté à de multiples services et de personnaliser « son » internet, c’est une révolution qui place l’utilisateur au cœur du web.

Les nouvelles applications en ligne, les outils de publication de contenu (wordpress, dotclear…), les sites communautaires (Youtube, Dailymotion…), les réseaux sociaux (Facebook, Linkedin, Myspace…), tous ces éléments représentent le Web 2.0.

Ainsi la page igoogle, les widgets, les flux RSS de blogs et de sites, font partie intégrante du « Web 2.0 ».

La définition du « web 2.0 » n’est pas encore définie réellement, mais en général pour qu’un site soit dit Web 2.0 il doit répondre à ces quatre caractéristiques :

  1. Le site doit être ouvert, il doit être facile de poster des données.
  2. Le site doit être accessible par l’intermédiaire d’un navigateur traditionnel (Firefox, Chrome, IE7…).
  3. Les auteurs des données publiées doivent en rester propriétaire.
  4. Le site doit s’inscrire dans un environnement de réseau social.

Le fait de pouvoir comparer avant d’acheter, noter, participer et surtout partager entre dans une démarche Web 2.0.

Mais alors, le web 3.0 ?

Le « web 3.0 » est souvent nommé « web sémantique« , il représenterait « l’intelligence artificielle » qui permettrait d’analyser les habitudes de l’internaute, son mode de vie en fonction de sa navigation, des produits qu’il achète, des sites qu’il consulte  (ce qui nous permet de penser que tous nos faits et gestes sur internet seront « surveillés »).

L’évolution devrait surtout se faire ressentir dans le domaine de la recherche, les questions en langage naturel  du type « Je cherche un jouet biologique pour enfants de moins de quatre ans et je doit être livré dans moins d’une semaine. » nous permettront d’obtenir des résultats encore plus pertinents.

L’intégration des services sera maximale, par exemple vous pourrez acheter des produits directement via une boutique de seconde life, l’interactivité et l’interopérabilité des personnes et objets sera optimum.

Ainsi, il vous sera peut être possible de faire des courses directement via votre frigidaire, de réaliser une conférence vidéo via votre téléviseur tout en préparant la commande chez le livreur de pizza (encore que sur certains outils, c’est déjà possible mais peu répandu 😉 )…

Share

Un commentaire

  • BEAUFILS 2 Nov

    c’est un article très intéressant merci de m’avoir permis d’en savoir plus sur le web, bonne continuation

Leave a Reply